Monday, July 14, 2008

Ailleurs mais au même endroit


Photo : Cécile

Cher ami lecteur, je ne sais pas si tu connais la Spiegeltent. C’est une salle de spectacle, conçue comme une sorte de petit cabaret-tente, construite en 1920 par les belges Oscar Mols Dom and Loius Goor (merci Wikipedia). Marlene Dietrich s’y est produite dans les années 1930 et aujourd’hui, la Spiegeltent voyage dans les festivals du monde entier. A l’intérieur, le parquet et les vitraux en font un lieu vraiment incroyable. La première fois que je suis allée dans la Spiegeltent, c’était à Brighton pour un concert plutôt ennuyant des Turin Brakes et j’y suis ensuite retournée à New York l’année dernière pour y voir Daniel Johnston. Et j’ai alors eu cette impression incroyable : « je suis déjà venue dans ce lieu mais à un autre endroit, sur un autre continent en fait ». Etrange sentiment que j’ai retrouvé en mai dernier en allant à une petite sauterie au Bureau export de la musique française dans la Spiegeltent de retour à Brighton. Et puis, je suis mise à chercher le piano et la petite statue qui l’ornait lors du concert de Daniel Johnston et je me suis alors dit « oui bon, je crois que je ne reverrai jamais un aussi bon concert dans ce lieu, quelque soit le continent ».

Daniel Johnston donc. Je dois avouer que j’avais un peu peur d’y aller. Peur d’avoir acheté ma place à cause d’un voyeurisme malsain parce que le bon vieux Daniel est presque devenu un phénomène de foire (voir notamment le documentaire The devil and Daniel Johnston). Et puis je me demandais bien qui pouvait être le public de Daniel Johnston. La réponse : quelques hipsters bien-sûr mais aussi un tas de gens différents et quelques-uns de ces américains qu’on voit sur TF1 : gros et beauf. Je me suis installée près du piano ne sachant pas trop à quoi à m’attendre.
Et puis, il est arrivé. Il portait des grosses tennis blanches type Quechua et un vieux jogging informe, le genre de type que je pouvais croiser à ma laverie dans le Queens. Sur les deux premiers morceaux, il a joué de la guitare et il tremblait tellement que c’était difficilement audible et assez pénible. Mais un garçon est arrivé et a joué de la guitare pour le reste du concert pendant que Daniel chantait les chansons qu’il choisissait dans son petit cahier. Et le miracle s’est produit. Une atmosphère s’est emparée de la salle et j’ai compris que ce qui unissait tous ces gens très différents : on était tous profondément touché par les paroles de ce mec à qui on n’aurait sûrement pas adressé la parole à la laverie. Parfois naïfs, souvent tordus, les textes de Daniel Johnston touchent toujours juste. On s’est tous bien marré à chanter en chœur Speedy motorcyle, mais quand il a commencé True love will find you in the end, il y a eu un silence religieux, le genre de moment hyper rares qu’on ressent qu’une fois par an. Cet écorché vif du cœur nous chantait que l’amour allait nous trouver un jour et il y croyait de toute son âme, lui qui ne l’a pourtant jamais vécu. C’était une émotion intense et communicative. Pendant quelques minutes, on était tous des mômes qui écoutaient un grand-frère sage nous rassurer en nous disant qu’il y avait peut-être des monstres sous notre lit, mais que si on arrivait à les combattre, alors on rencontrerait la princesse de nos rêves.

Daniel Johnston – Speedy motorcycle

Daniel Johnston – True love will find you in the end


Daniel Johnston fait une petite tournée cet été avec le backing band de nos rêves : Mark Linkous de Sparklehorse, Scout Niblett, James McNew de Yo La Tengo, Norman Blake de Teenage Fanclub et Jad Fair de Half Japanese. Cette tournée passe par la Suède, la Norvège, l’Angleterre et l’Irlande mais personne ici n’a eu l’idée de les programmer !?! Daniel Johnston jouera tout de même à Paris le 27 octobre à la Maroquinerie, sans ce super groupe, mais cher ami lecteur, tu serais bien bête de ne pas y aller.

9 Comments:

Anonymous jm version poétique! said...

quand tu seras ailleurs, tu continuras d'écrire au même endroit, sur des concerts d'ailleurs, qui file du bonheur toujours au même endroit? Et quand tu seras ailleurs, tu sais que pour moi, tu seras toujours au même endroit...

3:20 AM  
Blogger Primus said...

Tiens, c'est pas la première fois que le commentaire qui me vient est "tu sais qu'Amanda Palmer a écrit exactement la même chose sur son blog ?" En l'occurence sur la Spielgeltent et l'impression de retrouver le même endroit à l'autre bout du monde, de l'Ecosse à l'Australie.

"i want to live inside this tent
i dont care how much rent they want
i want to curl up in a ball
forget the worlds out there at all
and fall asleep each morning plastered underneath a wooden bench

i'll drink my breakfast at the bar
i'll never change my clothes or shower
i'll hire a desperate local child
to fetch paninis from outside
and keep me stocked on cigarette papers and
underwear and i'll be best of friends with all the staff
we'll share our sorrows and a laugh
they'll be oblivious at night
when they are turning out the lights
that i am sleeping in a pile of their 1930's hats...."

12:14 PM  
Blogger Cécile said...

Ah ah

Pour les londoniens, Daniel Johnston joue gratos à Rough Trade le 26 juillet. Youpie!

4:28 AM  
Blogger MrMeuble said...

Daniel johnston, c'est la preuve de l'existence (ou non) de Dieu.

3:06 PM  
Anonymous Anonymous said...

Cecile a quitte ce blog et ecrit desormais sur JoyceKoko!
http://joycekoko.over-blog.net

6:28 PM  
Blogger MrMeuble said...

"Le blog demandé n'existe pas.

Le blog demandé : joycekoko.over-blog.net n'existe pas.
Si vous le désirez, vous pouvez créer ce blog.

"


comprend pas ?

8:02 AM  
Blogger Primus said...

T'inquiète pas, Meuble, Cécile n'a pas du tout quitté Black Candy, elle a juste quitté la France (pour s'installer à Londres. Ce blog devient international, c'est-y pas la classe).

T'imagines bien que si Cécile quittait le navire, on annoncerait ça autrement - et y'a vraiment aucune raison vu que c'est son idée, ce blog. On est juste pas très actifs en ce moment pour plein de raisons diverses, des trucs avec la vraie vie, tout ça. ('tain j'ai l'impression de faire du public relation, c'est n'importe quoi.)

Le message au dessus, je suppose que c'est un robot spammeur qui renvoyait vers un site de pub à la con, sauf que les hébergeurs de blogs ont aussi leurs robots qui détectent ces conneries-là et les suppriment rapidement.

Bon, à cause de ton pseudo je viens de regarder une demi heure d'interview de Fred Martin sur Dailymotion, il est 6h30 du mat, je pars pour la Route du Rock tout à l'heure et j'ai ni billet de train ni pass. Ca promet.

9:42 PM  
Blogger Cécile said...

François t'arrête tes conneries oui!

Je confirme les dires de Primus, je suis à Londres, je me fais exploiter par la société capitaliste et je deviens tellement aliénée que je n'ai plus le temps de réfléchir à mes prochains posts. Mais je vais revenir, don't worry.

Bisous les amis.

11:54 AM  
Anonymous Anonymous said...

… Unbelievable , but I just found software which can do all hard work promoting your blackcandymusic.blogspot.com website on complete autopilot - building backlinks and getting your website on top of Google and other search engines 1st pages, so your site finally can get laser targeted qualified traffic, and so you can get lot more visitors for your website.

YEP, that’s right, there’s this little known website which shows you how to get to the top 10 of Google and other search engines guaranteed.

I used it and in just 7 days… got floods of traffic to my site...

…Well check out the incredible results for yourself -
http://autopilot-traffic-software.com

I’m not trying to be rude here, but I believe when you find something that finally works you should share it…

…so that’s what I’m doing today, sharing it with you:

http://autopilot-traffic-software.com

Take care - your friend George

6:33 AM  

Post a Comment

<< Home