Friday, May 02, 2008

Do Ré Mi Fuck Sol La...



Au collège, ma prof de musique s’appelait Mme Mialot.
Comme la totalité du collège, elle me terrifiait. Ce qui nous faisait peur, c’était évidemment les séances de chant où on devait chanter du Celine Dion à 3. Je vous laisse imaginer trois garçons en train de muer qui chantent « You ooooooopeeeeeen the door ». Grandiose quand on y repense, flippant sur le moment.
Je me rappelle également de cette fois où on est tous arrivé en pleurant en cours. Pas parce qu’on avait peur de chanter cette horrible chanson de Phil Collins. Non, on pleurait et toussait parce qu’un élève avait lancé une bombe lacrymo dans le couloir. Elle nous a fait chanter, bien que ça ne soit pas tellement le verbe approprié ici, disons qu’elle nous a fait produire des sons QUAND MÊME ! Sa cruauté était sans bornes.

Mais tout ceci n’était rien comparé à l’épreuve de la flûte à bec ! Avant les jours d’évaluation, à la récré, on voyait les visages se fermer, ça rigolait drôlement moins. Mme Mialot appliquait le même système qu’au chant, on passait en général par 3 et elle nous menaçait en cas d’absence d’un zéro de moyenne + un mot dans le carnet ! Cruauté, je vous dis.
Evidemment, la plupart d’entre nous étaient totalement incapables de lire la moindre partition alors on se faisait écrire le nom des notes en dessous. Mais Mme Mialot le savait. Elle s’approchait de notre cahier et si elle voyait un « la » écrit, hop elle prenait une gomme et l’effaçait ! En général, il y avait la bonne élève qui jouait bien le truc grâce à ses 8 années de piano et ensuite c’était l’hécatombe. Il y avait celui qui se mettait à transpirer et dont les doigts glissaient sur les trous de la flûte ; celui qui tremblait de tout son corps et n’arrivait à émettre que quelques « tuh tuh ». Les deux copains avec qui je jouais tenaient en général deux notes, trois lors des grands jours, et me laissaient finir, ce que je n’arrivais à faire que très rarement.
Alors Mme Mialot s’énervait et gueulait un bon coup et on regardait tous par le fenêtre en se disant : « vivement le lycée que je balance cette putain de flûte à bec à la poubelle. Et qu’on ne me parle plus jamais de cet instrument de malheur ».

Mais ça y est, à 23 ans, soit près de 10 ans après le supplice de la flûte à bec, je suis réconciliée avec cet instrument grâce au nouvel album de la suédoise El Perro Del Mar.
Souvenez-vous, El Perro Del Mar c’est cette délicieuse demoiselle qui a débarqué en 2006 avec des chansons où c’était vraiment okay d’avoir des paroles du genre “Is it so hard to see ? I don’t want to be a friend. I just want to be a part of you” parce que c’était beau, doux et qu’on voulait juste aller pleurer dans une bière avec elle. Elle revient aujourd’hui avec un album intitulé From The Valley To The Stars, où tout est encore beau et doux, mais en plus il y a de la flûte à bec.

El Perro Del Mar – Glory To The World


J’ai eu Mme Mialot toutes mes années de collège à l’exception de la 5ème où j’ai eu une jeune prof qui nous fait étudier Starmania sous TOUTES SES FORMES pendant TOUTE L’ANNEE. C’est vous dire si je reviens de loin…

4 Comments:

Anonymous Camille said...

Pourquoi nous rappeler cette horreur, ce souvenir que nous avons tous et qui me paraissait si loin ? cela ne fait que remuer des moments douloureux que nous aurions tous voulu oublier ! Mais si c'est pour la bonne cause... Je pardonne, en grande âme que je suis.

11:31 AM  
Anonymous koala said...

aaaaah, les cours de musique. 25 flûtes à bec jouant faux de concert "l'eau vive". Mme Caillat nous terrorisait du haut de son mètre quatre-vingt et de sa carrure de rugbywoman. moi elle m'a harcelé 4 ans pour que j'incorpore, avec mon trombone, sa saleté de mini orchestre à la con, qui comprenait une trompette, un saxophone et 20 flûtes en plastiques. mais j'ai refusé, je répondais "non" à un adulte, je crois que je suis devenu un homme au collège. le prof actuel a jeté les flûtes et il fait faire pas mal de percussions aux gamins. aux antipodes de ces cours de musique qui ont terrorisé tout le monde ya quand les arts plastiques, espace de liberté totale où l'on pouvait à loisir sculpter des bites dans l'argile.

1:27 AM  
Blogger Técilifé said...

ah oui et puis les filles on était toutes obligées de chanter dans les octaves les plus élevées alors que CERTAINES n'avaient pas forcément la voix d'isabelle adjani et devenaient aphones quand il y avait des notes aiguës

8:39 AM  
Blogger -Twist- said...

Ah ben, autant la flute je me rappelle (ces "répétitions" de 'Cola mon p'tit frere' pendant 1h avant de venir à bout des oreilles de mes parents), autant je me souviens des sanctions que j'encourais si je ratais un cours (les mêmes que pour toi en fait: zero + mot dans le carnet), autant je ne me souviens pas de la partie chant. J'ai du y éviter je ne sais comment.

Sinon, je trouve le dernier disque de El Perro Del Mar bien raté, surtout après la beauté du premier. Dommache... :(

1:21 AM  

Post a Comment

<< Home