Sunday, May 11, 2008

Courrier des lecteurs, courrier du complot




Ce blog a des lecteurs, et nos lecteurs nous sont chers. Tu ne l'ignores pas puisque tu en fais partie (inutile de nier, on sait). Et nos assidus zélateurs nous font part des théories les plus diverses et néanmoins convergentes, parce que l'univers est comme ça, cohérent comme on a pas idée.

Ainsi donc, nous avons reçu ces messages.

D'une part, C., de Paris, sollicitait en ces termes un avis de notre part :
"Je suis dans un état intéressant, les facteurs café + fatigue me déchirant entre deux tendances : abattement apathique et excitation énergique. Je vote pour la théorie du complot, on fait sur nous des expériences sur les limites humaines. Qu'en pensez vous ?"

- Chère C.,

Manifestement oui, nous sommes les cobayes inconscients d'un programme secret d'une envergure effrayante dont nous distinguons vaguement les grandes lignes sans pour autant parvenir à dévoiler au grand jour les tenants et les aboutissants. Pour ma part, je constate qu'on verse fréquemment dans tous les verres à ma portée de fortes quantités d'alcool qui mettent en péril mes activités blogatoires, rédactionnelles et informatives. Ceci à dessein de m'empêcher de révéler ce qu'il faut bien appeler un complot. Mais la censure par l'ébriété ne passera pas, je poursuivrai ma tâche au mépris de tout ce qui est méprisable, et c'est vaste.


J'en viens donc à ce mail de S., de Paris/ Strasbourg/ Paris/ Strasbourg/ Paris, qui nous écrit :
"Nouvelle théorie : le Fnac dissémine de la drogue dans les écouteurs de ses bornes d'écoute. Ca t'est jamais arrivé d'écouter un disque sur place et de te dire : "Tain trop bon, je l'achète"; mais une fois chez toi, c'est le bad trip ? Moi ça m'arrive régulièrement. Mon premier fut The Top des Cure et le dernier, c'est Bauhaus, que j'ai failli acheter mais qui est "relativement" décevant comparé à la cocaïne que j'avais dans mes oreilles le jour où je l'ai écouté... Vive la drogue, vive les Warlocks !"

- Cher S.,

Oui, bon, du calme, hein... Cela dit, il y a du vrai. Si je devais faire la liste des CDs achetés sur une bonne impression qui se sont révélés d'un intérêt douteux, ou pire, les réécouter, ce serait encore une expérience sur les limites humaines. Et c'est là qu'intervient ce blog. Désormais, cher lecteur ô combien blah blah blah, on te propose des morceaux soigneusement choisis à la sueur de nos oreilles (je sais pas si c'est très classe, comme image), des groupes qui valent la peine d'être écoutés sans qu'il soit besoin d'adjuvant psychotrope - car, ainsi qu'on me l'a déclaré, "toi t'es meilleur que d'la coke".


Voici donc The Paper Chase. Nous évoquions il y a peu Two Ton Boa, et notamment la production steve-albinienne de leur album. C'est le chanteur et guitariste de The Paper Chase qui s'en était chargé. On est donc à peu près dans les mêmes eaux troubles, le même remugle cauchemardesque. A ceci près que l'impression de paranoïa est encore plus palpable ici, depuis le thème du dernier album, Now You Are One Of Us (sombre histoire de possession, d'engloutissement dans la folie ou de théorie du complot, tiens, tant qu'on y est...) jusqu'aux dissonances criardes qui strient tous les morceaux. Un bad trip, peut-être, mais dans le meilleur sens du terme.

The Paper Chase - We Know Where You Sleep

The Paper Chase - The House Is Alive And The House Is Hungry

The Paper Chase - Ever Since The Turn

The Paper Chase joue ce soir à la Flèche d'Or et demain à Poitiers.


Enfin, nous sommes tenté de considérer dans le courrier des lecteurs ce texte que S., des Inrockuptibles, ne nous a pas envoyé:



Mouiiii... Un article publié juste une semaine après celui-ci. Il paraît que c'est un hasard... Il serait amusant de découvrir que Black Candy est une lecture inavouable dans les rédactions parisiennes. Il serait amusant aussi d'écrire directement pour les Inrocks - mais payé.

Je me contenterai d'ajouter
a) que j'ai été assez perspicace sur la tendance du triplement, puisque voici venir le premier groupe (à ma connaissance) à triple triplement : Low Low Low La La La Love Love Love
b) l'opinion de B., de Paris : "il m'avait fait rire l'article quand je l'ai lu la semaine dernière, mais le tien est nettement mieux."

Et toc.

2 Comments:

Blogger Barz said...

Ouais, et toc !

7:36 AM  
Anonymous D. D. said...

Bon alors, ça en est où cette histoire ???

12:18 PM  

Post a Comment

<< Home