Friday, March 28, 2008

Petit ours brun


Dessin : Frànçois

L’année dernière, j’ai vu Grizzly Man et je suis devenue un peu obsédée par le truc. Il s’agit d’un documentaire sur Timothy Treadwell, ce garçon qui partait vivre avec les grizzlys en Alaska tous les étés pour les défendre. J’ai d’abord trouvé génial qu’il ait des copains renards. Oui, tous les étés, il retrouvait aussi ses copains renards qui le suivaient partout dans la montagne en lui faisant des petites blagues. Sérieusement cool.
Mais évidemment, ça s’est mal terminé. Pas dans le style comico-streape-tease du Project Grizzly. Non, Timothy a fini tué par un des ours. Et même si au long du documentaire, on se rend compte qu’il est un peu fou, ce mec reste profondément touchant parce que ces ours, c’est son refuge. Grizzly Man voulait juste échapper à cette société du travailler-plus-pour-gagner-plus dans laquelle il était mal à l’aise. Et au fond, on a tous un "refuge ours" à notre façon. Pour les indie kids, les ours se transforment en disque mais c’est un peu la même chose.
Moi, mon ours, c’est Frànçois.

Frànçois, c’est un peu la réponse à l’éternelle question que les français peuvent se poser : mais pourquoi personne en France n’arrive à faire de la pop comme Belle and Sebastian ? Même Carla aurait demandé la recette à Gordon Brown, me confirme notre envoyé spécial à Buckingham. Et ce cher Gordon lui aurait répondu : « mais enfin my dear, vous avez Frànçois ! ».
Depuis son départ à Bristol en tant qu’assistant de français, Frànçois a du trouver la recette magique dans la cave du Cube Cinema ou dans la petite ferme des collines de la ville. Il commence par enregistrer des chansons lo-fi dans sa chambre dans la veine de Dominique A, comme le mini-tube Revu qui donne instantanément envie de tomber amoureux.

Frànçois – Revu

Frànçois – Katrina

Et puis, Frànçois trouve des copains renards pour l’accompagner : les Atlas Mountains. Ça donne l’album The people to forget. Un grand pas en avant vers une pop mélodique, plus travaillée tout en gardant son aspect artisanal. Un disque familial. Un disque fabuleux.

Frànçois & the Atlas Mountains – I’m so glad I met you

Mais comme les ours d’Alaska, le petit ours Frànçois est une espèce en danger. Face aux galères de l’auto-promotion, il a décidé de délaisser un peu la musique fin 2007. Il a alors mis en ligne son troisième album inachevé, Brother. C’est le meilleur album de 2007 et il est disponible gratuitement sur internet !
Il faudrait lancer un WWF sauver l’ours Frànçois. Et pour ça, rien de plus simple : rendez-vous samedi soir au Centre Pompidou pour un concert exceptionnel de Frànçois & the Atlas Mountains. Tender Forever et Vale Poher partageront cette excellente affiche avec notre ours.

Frànçois (featuring Sleeping States) – Night Lights

Frànçois & the Atlas Moutains – Tour de France

Frànçois & the Atlas Mountains – Tracey Emin

Les disques de Frànçois et ses incroyables petits films s’achètent sur son site. Son dernier album se télécharge ici.
Je fais un bisou à celui ou celle qui vient déguisé en ours. A demain.

4 Comments:

Anonymous jeannette said...

je serais pas là et pourtant j'aurais vraiment adoré... dis à l'ours de revenir du côté de chez nous, parce que ça fait longtemps quand même. si il veut amené tender forever avec lui, qu'il hésite pas. on pourrait ouvrir une reserve d'ours à l'inca, t'en pense quoi? passe un bonne soirée ti chat. vive les ours!

10:52 AM  
Anonymous Anne said...

Je ne fais que le clamer, quel talent, ce Frànçois !

1:57 PM  
Anonymous francois said...

je prends possession de ce blog et poste ma chanson indie preferee (lien repique sur un autre blog, merci elbo.ws!)

http://angusg.typepad.com/blog/files/TheLeanover.mp3

5:32 PM  
Blogger barb michelen said...

This comment has been removed by a blog administrator.

1:15 AM  

Post a Comment

<< Home