Tuesday, January 22, 2008

Les premières impressions etc


Photo : Andrei Tarkovsky

Quand on rencontre Anni Rossi dans la vie, on se dit que c’est la meuf sympa qui n’a pas renié son accent terroir, qui fait des blagues un peu grasses et qui danse de façon un peu débile dès qu’elle est bourrée.
Et puis Anni Rossi monte sur scène avec son violon. Le visage fermé, l’œil noir, le talon claque sur le sol pour battre le rythme et on comprend que le personnage est beaucoup plus complexe que ce qu’on avait pu penser au départ.
L’archet attaque les cordes de son violon violemment, on est dérouté et puis Anni Rossi se met à chanter… d’une voix toute douce, en sorte de petite sœur de Joanna Newsom et tous nos repères s'envolent. Apprécier la musique d’Anni Rossi peut prendre du temps parce qu’elle est troublante mais c’est ensuite pour cette même raison qu’on l’adore.

Anni Rossi - Machine

Anni Rossi – Pondsnlakes

Anni Rossi sort un single pour le Too Pure Single Club (qui s’achète ici et dont on va très vite reparler) de janvier, vous pouvez probablement aussi lui écrire pour acheter sa démo. Si vous êtes du côté de la perfide Albion, elle y est en tournée jusqu’à début février puis aux Etats-Unis.

1 Comments:

Anonymous koalaakbar said...

vue deux fois avant electrelane et tender forever fin 2007, et c'était vachement bien.
l'accent "terroir", tu dis ça pour la chemise à carreaux ?

5:33 AM  

Post a Comment

<< Home